Nucléaire : Clap de fin pour le réacteur n°1 de Fessenheim

Dans la nuit de vendredi à samedi, le réacteur n°1 de la plus ancienne centrale nucléaire française va être définitivement arrêté.

(AFP) - Le réacteur n°1 de la centrale de Fessenheim, plus ancienne centrale nucléaire française en activité, doit être définitivement mis à l'arrêt dans la nuit de vendredi à samedi, un clap de fin historique qui met les nerfs des salariés à vif et divise.

L'opération doit commencer vendredi à 20H30 et s'achever à 02H00 du matin samedi. Elle mettra un point final à des années de remous, de débats et de reports sur le sort de la centrale alsacienne, bâtie dans les années 1970 à un jet de pierre de la frontière avec l'Allemagne et à une quarantaine de kilomètres de la Suisse.

Pourrait-elle être remise en cause ? Certains salariés menacent de désobéir et de ne pas appliquer les procédures d'arrêt du réacteur à eau pressurisée de 900 mégawatts (MW) tandis que d'autres jugent une telle initiative «impensable».

«Une équipe de quart, composée de dix à quinze personnes», doit initier vers 20H30 le processus d'arrêt du réacteur, a expliqué à l'AFP une source syndicale au sein de la centrale. «Pour l'ensemble du personnel de quart, cette nuit d'arrêt du réacteur N.1, réaliser les gestes pour le découpler définitivement sera quelque chose de très difficile à vivre», explique encore cette source.

«Dire si réellement certains agents refuseront de le faire, c'est une initiative personnelle pour laquelle je ne peux pas me prononcer», poursuit cette source. Mais un autre salarié estime «complètement impensable» que les procédures ne soient pas respectées. «C'est une question d'honneur. Le travail sera fait et bien fait. Tout le monde suivra les ordres».

Si la procédure suit son cours normalement, la puissance du réacteur doit baisser progressivement et il sera déconnecté du réseau électrique national lorsqu'il sera descendu à 8% de sa puissance habituelle. La procédure est identique à celle d'une opération de maintenance classique. Mais cette fois, aucune remise en service n'aura lieu. Le réacteur n°2 doit lui être arrêté le 30 juin.

«Célébration transfontalière»

Un décret publié au Journal officiel mercredi «abroge l'autorisation d'exploiter la centrale nucléaire de Fessenheim dont EDF est titulaire», inscrivant noir sur blanc le caractère définitif de cet arrêt.

L'évacuation du combustible de la centrale sera, selon le calendrier prévu, achevée en 2023. Ensuite doit se poursuivre la phase de préparation au démantèlement, processus inédit en France à l'échelle d'une centrale entière qui devrait commencer à l'horizon 2025 et se poursuivre au moins jusqu'en 2040.

Pour Matignon, la fermeture de Fessenheim «constitue une première étape dans la stratégie énergétique de la France, qui vise un rééquilibrage progressif» entre les différents types d'énergies, avec une diminution progressive de la part du nucléaire - actuellement de 70%, la plus importante au monde - et une augmentation de celle de l'électricité d'origine renouvelable.

Mais la polémique sur le bien-fondé de cette fermeture ne va pas cesser avec l'arrêt du réacteur n°1. Samedi, pro-Fessenheim et antinucléaires feront entendre leurs voix en affichant une même priorité, l'écologie, mais avec des arguments bien différents.

Les associations de défense de l'environnement, vent debout depuis des années contre cette centrale, et encore davantage depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011, tiendront une conférence de presse à Colmar dans la matinée.

Puis elles se rassembleront dans le centre de Strasbourg l'après-midi, rejointes notamment par l'association écologiste allemande Bund. Celle-ci a prévu de déboucher le «Sekt» (vin mousseux allemand), mais pas avant l'arrêt du deuxième réacteur le 30 juin. «L'arrêt de cette centrale moribonde est un motif de célébration transfrontalière, mais pas un motif de triomphe», le combustible radioactif restant présent encore plusieurs années, a-t-elle commenté.

«Plongée dans le noir»

A l'inverse, le député LR du Haut-Rhin Raphaël Schellenberger a demandé aux salariés «pardon pour ce choix irresponsable dont vous êtes les premières victimes». Quant à la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne qui se rend vendredi dans le Haut-Rhin, elle a assuré qu'il n'y aurait «aucune perte d'emploi».

Samedi matin pourtant, les élus locaux iront brandir une banderole au pied de la centrale, réclamant que l'Etat n'abandonne pas ce territoire abreuvé depuis 40 ans par les taxes versées par EDF. Ils redoutent que des centaines de familles dotées de revenus confortables ne le quittent.

Les élus seront suivis dans l'après-midi par des associations pro-nucléaire qui veulent «protester contre cet acte de vandalisme climatique et environnemental».

Douze réacteurs supplémentaires, sur les 58 que compte la France, doivent être arrêtés d'ici 2035, sans toutefois conduire à des fermetures complètes de centrales comme à Fessenheim.

Dans la petite commune de moins de 2.500 habitants, l'éclairage public sera éteint toute la nuit de vendredi à samedi. Une «plongée dans le noir» qui symbolisera un territoire «qui n'a pas beaucoup de lueurs d'espoir», a expliqué son maire Claude Brender.