Nancy : Un jeune créateur invente le premier jean écolo

Un jeune entrepreneur originaire de Nancy a fabriqué un jean composé à 97% de lin, rapporte «France 3 Grand Est». Il est vendu entre 140 et 160 euros.

Davydao, un jeune créateur originaire de Nancy (Meurthe-et-Moselle) a fabriqué le premier jean écolo, rapporte France 3 Grand Est. Le pantalon est composé à 97% de lin et à 3% d'élasthane, afin qu'il ne puisse pas se froisser.

Davydao a mis deux ans pour mettre au point ce jean. Il est vendu entre 140 et 160 euros, soit 30 à 40% plus cher qu'un modèle en coton. Le prix à payer pour un produit respectueux de l'environnement.

Pour fabriquer un jean traditionnel, tout démarre dans les champs de coton, car il faut près de 600 grammes de coton rien que pour produire un seul jean ! La cueillette se fait soit manuellement, soit mécaniquement avec une récolteuse de coton. Cette dernière peut ramasser en cinq minutes ce qu'un ouvrier peut faire en une journée. Inconvénient : l'option machine requiert un tri méticuleux après la cueillette.

Le coton est ensuite compacté pour être transporté, puis placé sur des tapis mécaniques. Ces appareils vintage débarrassent le coton des résidus indésirables tels que les feuilles et les racines, pour obtenir une matière pressée et bien blanche. On peut alors passer à l'étape du condensateur. Une fois le coton mélangé et sa texture homogénéisée, il est soufflé dans une machine jusqu'à l'obtention d'une fibre régulière sans aucune impureté. Vient ensuite le moment du peignage, autrement dit la fabrication du fil, à partir des fibres de coton. On peigne littéralement ces dernières afin d'ôter tous les noeuds, tout en assemblant les fibres entre elles. A ce stade, on a un fil très épais ressemblant presque à de la corde. A noter que 20 grammes de fibres suffisent pour produire un kilomètre de fil !

Eviter la production de coton qui est contraire aux principes de l'écologie

Les fils de coton sont disposés les uns à la suite des autres sur des rouleaux industriels que l'on trempe dans une teinture indigo, donnant sa couleur si caractéristique au jean brut. Au départ, la teinte apparaît jaune mais elle devient bleue, comme par magie, au contact de l'oxygène. On laisse sécher le coton coloré avant de passer au tissage.

Place au métier à tisser, où l'on va enfin créer la toile du jean. Le terme denim est un dérivé de "de Nîmes", ville où a été développée la technique de tissage appelée "serge". Pour cette méthode, on utilise un fil blanc pour trois indigos, le tout formant "une armure", autrement dit un maillage spécifique. Le fil blanc a pour rôle d'atténuer l'aspect uniforme de la toile bleue. C'est ce qui lui donne son charme et ses petites irrégularités, très authentiques ! Et c'est aussi grâce à lui que l'envers de notre jean apparaît si clair. Puis vient la phase de la découpe du tissu. Lors de cette phase, les laizes de toile (les bandes) sont posées à plat. On y découpe les différents morceaux qui vont composer notre jean en suivant le patron du modèle. En général, il y a une dizaine de pièces de tissu par pantalon.

La culture du coton 25% des insecticides consommés dans le monde et 10% des pesticides utilisés en agriculture; pour seulement 2,5% de la totalité des terres cultivées sur la planète. Le blanchiment du coton exige fréquemment d’utiliser du chlore ou des azurants chimiques. Le bilan écologique et sanitaire de la culture du coton n'est pas bon, essentiellement du fait des produits polluants utilisés pour sa production et du fait de sa production très gourmande en eau

Le coton est le 3ème plus gros consommateur d’eau d’irrigation de la planète, après le riz et le blé, avant le maïs et les fruits et légumes. Il faut, selon les techniques utilisées, entre 7 000 et 29 000 litres d’eau pour produire un kilo de coton, alors que 900 litres "seulement" sont nécessaires pour un kilo de blé et 1 900 litres pour un kilo de riz. Plus de 50% du coton cultivé dans le monde est irrigué. Soulignons que l’eau est une ressource de plus en plus rare, tout en étant essentielle à la production alimentaire de très nombreux pays.