NANCY : Des faux billets made in Turquie

Procès à Nancy d’une filière qui a écoulé dans les Vosges et en Meurthe-et-Moselle des faux billets de 100 € fabriqués en Turquie selon le quotidien L'EST Républicain.
Ils sont neuf à s’aligner devant le tribunal de Nancy, ce mercredi. Trois comparaissent détenus. Les autres sont libres. Un dixième prévenu est absent. Retenu par des obligations professionnelles, justifie son avocat, Me  Alexandre Rolland.

Tous sont jugés pour avoir trempé en 2015 dans un trafic de faux billets de 100 €. Certains ne sont que des petites mains. De simples exécutants chargés d’écouler les faux billets. C’est le cas de ces quatre copains de Remiremont (88). « Cela nous faisait rigoler de participer à ça. On prenait les choses à la légère, de façon relaxe. On était des gamins immatures », justifie l’un d’entre eux qui « rigole » nettement moins à la barre.

Leboncoin et des prostituées

Leur méthode était simple et efficace. La petite bande achetait avec des faux billets des IPhone à des particuliers contactés sur le site leboncoin. Puis ils revendaient les appareils, ce qui leur permettait d’obtenir des billets, vrais cette fois.

Certaines fausses coupures ont également été écoulées auprès de commerces des Vosges et de Meurthe-et-Moselle. Deux des membres de la fine équipe ont aussi été jusqu’à tenter de fourguer un faux billet de 100 € à des prostituées de la rue Jeanne d’Arc à Nancy.

Ça, c’est pour le bas de l’échelle. En haut de la filière, on trouve un ex-garagiste d’Eloyes (88) d’origine turque et un de ses compatriotes, chauffeur livreur au Creusot en Saône-et-Loire. Tous deux sont allés en Turquie chercher les faux billets. Ils se sont approvisionnés auprès d’individus qui n’ont pas pu être identifiés et qui possédaient une vieille imprimerie dans un quartier d’Istanbul.

Un premier voyage, en août 2015, a permis au duo venu de Lorraine de nouer le contact avec les faux-monnayeurs. Un deuxième voyage, un mois plus tard, leur aurait permis de ramener 900 faux billets de 100 €. Tous n’ont pas été mis en circulation. Selon les investigations des enquêteurs, seuls 284 billets ont été écoulés et retrouvés.

L’ex-garagiste d’Eloyes soutient qu’il a agi pour le compte d’un de ses associés en affaires qui avaient des parts dans son commerce. C’est lui qui aurait commandité les voyages en Turquie et qui aurait ensuite recruté les petites mains pour écouler les billets. L’intéressé conteste et affirme n’avoir été qu’un intermédiaire.

Car du haut en bas du réseau, tout le monde essaie plus ou moins de minimiser son rôle et de rejeter la faute sur le prévenu d’à côté. Le tribunal fera le tri et rendra son jugement ce jeudi, après les plaidoiries et les réquisitions.

Christophe GOBIN Pour l'EST REPUBLICAIN