Metz : Tati s'en va, Klo arrive

Le magasin Tati du centre commercial Waves, dans la ZAC d’Augny au sud de Metz, liquide avant de mettre la clef sous la porte autour du 10 juin. L’enseigne de déstockage KLO prend la suite.

On ne sait pas encore comment prononcer le nom de cette nouvelle enseigne : Klo. Comme le diminutif de Clotilde , explique Sophie Fécamp, responsable communication et digital de la récente marque. Le premier magasin a ouvert ses portes à Limoges sur 4 000 m2, le 28 mars, puis les vingt-huit autres ouvertures s’échelonneront jusqu'à la mi-juin.

Quel est le concept ?

La vente en déstockage de grandes marques. Sophie Fécamp promet de belles marques sur des produits du quotidien, de l’hygiène à l’alimentaire, mais aussi du textile . Il y aura 1 500 produits référencés dès l’ouverture. Les magasins d’une surface moyenne de 1 650 m² se voudront bien rangés et lumineux. Une façon de se démarquer par rapport à la concurrence. D’un à quatre produits seront présentés sur palettes pour éviter la mise en rayon. À l’image de Lidl dans l’alimentaire.

Klo prévoit de s’approvisionner en circuit court avec peu de lieux de dépôt pour éviter un double stockage et des coûts supplémentaires. Aussi, selon les magasins, les bonnes affaires ne seront pas les mêmes. L’enseigne s’appuie sur différents modes d’approvisionnement des produits comme les surstocks industriels, la surproduction alimentaire, les fins de stocks auprès de fournisseurs ou de distributeur, explique Sophie Fécamp. Des réseaux d’approvisionnement déjà utilisés par des enseignes concurrentes comme Noz, MaxPlus ou Stockomani. Il a de la place pour tous.Des produits seront aussi vendus en ligne, le site sera lancé en mai ».

Qui porte ce projet ?

Ils sont six derrière ce projet, avec un président du réseau : Christophe James. Ancien directeur des opérations chez Tati et ex-président de Tati Diffusion, il connaît très bien le secteur de la vente au détail. Nous sommes six managers impliqués dans ce projet. Avec chacun des spécialités : systèmes d’information, logistique, achat, finances et marketing digital , énumère Sophie Fécamp, elle est aussi partie prenante. Le groupe de managers se connaît depuis dix ans et travaille sur ce nouveau projet depuis huit mois.

Très diversifiée côté offre, la chaîne KLO vendra donc à prix barrés (jusqu'à 70 % de rabais) quelque 1 500 produits d'alimentaire, de bazar, de mode et de grande consommation. Une offre vestimentaire sera donc conservée mais sera beaucoup plus restreinte que chez Tati.

En juillet dernier, face à des ventes moribondes, le groupe GPG avait annoncé la quasi-fin de Tati, qui ne conservera finalement que son magasin amiral de Barbès à Paris. Outre les 29 magasins repris pour lancer KLO, une cinquantaine d'autres unités sont passées sous enseigne Gifi, tandis que 25 autres ont été mises en vente et qu'une quinzaine ont été fermées..