Metz retrouve son Graoully de la rue Taison

Figure mythique, symbole de la Ville et mascotte du FC Metz, le Graoully, qui s'était envolé pour être «opéré» d'une aile, vient de réapparaître ce lundi dans la rue Taison de la capitale de la Lorraine.

Le Graoully est à Metz un héros mythique que peu de personnes ont eu la chance d'approcher mais dont la réputation est connue de tous. Tous les enfants de la ville connaissent son histoire ou plutôt sa légende. 

Trônant au-dessus de la rue Taison, une rue de l'hypercentre de Metz menant vers les Hauts de Sainte-Croix, le quartier historique de la fondation de la ville, l'animal s'était envolé au printemps 2019. Un gros de coup de vent avait sévèrement abîmé l'une des ailes de la sculpture de Salvador Caïco. La blessure a été refermée et la sculpture a retrouvé son lustre des premiers jours après huit mois de petits soins dans les ateliers de l'Opéra-Théâtre.

Ce lundi 25 novembre, très tôt, le Graoully est revenu dans son «nid» et tous ceux qui ont arpenté cette rue montante pour aller vers les Trinitaires ont pu à nouveau l'apercevoir. Les enfants de l'école Taison, toute proche, étaient ravis.

Le Graoully est un animal mythique à l'apparence d'un dragon, vivant dans l'arène de l'amphithéâtre de Metz, qui aurait dévasté la ville avant d’être chassé par Saint Clément de Metz, premier évêque de la ville au iiie siècle. Cette légende représentait la destruction des religions païennes par le christianisme.

La première version de la légende date de la fin du xe siècle. Saint Clément est envoyé par saint Pierre pour évangéliser Metz. Mais des serpents installés dans l'amphithéâtre empoisonnent l'air de leur souffle venimeux et interdisent ainsi l'accès à la ville. Saint Clément se rend à l'amphithéâtre, soumet les serpents d'un signe de croix, puis il lie le plus grand de son étole et le conduit au bord de la Seille. Là, il lui ordonne de quitter les terres habitées avec les siens. Depuis ce jour il n'y a plus aucune bête nuisible dans l'amphithéâtre.

Tout n’est pas inventé dans la légende de Saint Clément et du Graoully. Saint Clément, d’origine romaine, vint à Metz vers 260 et installa en effet sa première cathédrale dans l’amphithéâtre abandonné. Le dragon imaginaire, qui selon la légende hantait les lieux, symbolisait le péché et le paganisme qui régnait dans la région.

La légende évolue entre le xie et le xvie siècle. Le « plus grand des serpents » devient un dragon buveur de sang envoyé par Dieu pour punir les Messins de leurs débauches. Saint Clément, envoyé pour délivrer Metz du monstre, le noie purement et simplement dans la Seille.