Luxembourg : Le parlement adopte la loi contre la burqa

Avec 32 voix pour et 28 contre, le Parlement a voté en faveur de la loi interdisant la dissimulation de son visage dans certains lieux publics.

Après plus de trois heures de débat, 32 députés ont voté en faveur de l'interdiction de la burqa et du niqab, tandis que l'opposition a voté contre le projet de loi du gouvernement. Le texte s’inspire de la législation néerlandaise. L’interdiction devrait s'appliquer dans les transports publics, les établissements scolaires publics et privés (et leur enceinte) ainsi que dans tous les locaux destinés à accueillir des mineurs (moins de 16 ans) comme les crèches et les maisons-relais.

La nouvelle loi concernera également les établissements hospitaliers, de santé et de soins ainsi que les maisons de retraite (à l’exception des chambres des personnes âgées), les tribunaux et les locaux publics des administrations publiques.

Pour le Parti populaire chrétien-social (en luxembourgeois, Chrëschtlech-Sozial Vollekspartei, CSV) et le Parti réformiste d'alternative démocratique (Alternativ Demokratesch Reformpartei, ou ADR, parti de droite populiste), ce texte proposé par le ministre de la Justice, Félix Braz, est trop succinct. En effet, les propositions législatives soumises par ces deux partis prévoient une interdiction totale du voile intégral tandis que le texte du gouvernement ne prévoit qu'une interdiction partielle et s'appliquera uniquement aux écoles, hôpitaux, maisons de retraite, tribunaux et transports publics, comme cela est précisé un peu plus haut. 

Ce projet de loi définit également des exceptions. La dissimulation du visage ne sera pas punissable lors de pratiques sportives ou encore de fêtes comme le Carnaval. Par ailleurs, le port d'un masque pour des raisons médicales devra être justifié par une attestation médicale.

Pour ce qui est de la sanction en cas de non-respect de cette loi, l'amende pourra varier de 25 à 250 euros.