Le dossier Smart «prend une bonne tournure» à Hambach (Moselle)

La ministre française déléguée à l'Industrie s'est montrée confiante ce mercredi sur l'avenir du site, concédant qu'il fallait aller au bout de la négociation.

(AFP) - Le repreneur potentiel, le groupe britannique Ineos, est «sérieux», a dit Agnès Pannier-Runacher sur LCI. «C'est le repreneur qui aujourd'hui est le plus avancé dans les négociations, et nous avons fait un tour de potentiels autres repreneurs qui n'ont pas marqué un intérêt plus important que ça», a relevé Mme Pannier-Runacher.

Mais la ministre a rappelé qu'il y a encore des conditions à remplir de la part du groupe automobile allemand Daimler, constructeur de la Smart, notamment la poursuite de la construction de ce véhicule jusqu'en 2024, au lieu de 2022, ce qui doit être «concrétisé dans les négociations».

Cela permettra de «sauver 1 300 emplois jusqu'en 2024» tandis que les 300 autres pourraient bénéficier de contrats de sous-traitance, a-t-elle expliqué. Ineos, un groupe de chimie, prévoit d'entrer dans le secteur automobile, en construisant à Hambach «un 4X4 de franchissement» et «pas le SUV de confort», a souligné la ministre. Le premier véhicule devrait sortir des chaînes début 2022, pour se substituer progressivement à la Smart. Bercy souhaite inciter Ineos à travailler aussi sur une version hydrogène de son 4X4.