Le département de la Moselle déclaré en état de sécheresse

Comme 70 autres départements français, la Moselle est désormais en alerte sécheresse. Les rivières sont à des niveaux trop bas, la préfecture a donc pris des mesures pour limiter l'usage de l'eau.

L'utilisation de l'eau sur l'ensemble du département est, depuis jeudi, limitée. Conséquence des faibles pluies de ces dernières semaines et des hausses de température attendues, le préfet a décidé de restreindre la consommation voire d'interdire certains usages.

Si jeudi encore, le ministre de l'Agriculture Romain Schneider (LSAP) assurait que l'état de sécheresse ne concernait toujours pas le Grand-Duché, du côté français, le département de la Moselle vit une situation d'alerte. Voilà qui a conduit les autorités à réglementer les usages de l'eau sur l'ensemble du territoire mosellan, à compter du 18 juillet. 

Les conditions estivales observées depuis plusieurs semaines, associées à un déficit pluviométrique, ont entraîné une baisse générale des débits de tous lescours d'eau du secteur. «Cette absence de pluviométrie a des incidences directes sur l'état de la ressource en eau superficielle», notent les autorités préfectorales.

Tous les secteurs concernés

Voilà qui a poussé Didier Martin, préfet de la Moselle, à placer l'ensemble du département de la Moselle au niveau d'«Alerte sécheresse». Dans une logique de solidarité, tous les usagers de l'eau (particuliers, collectivités, exploitants agricoles, industriels) doivent désormais se soumettre à des restrictions particulières.

Le remplissage des piscines figure au rang des nouvelles interdictions. Les seules dérogations concernent les établissements recevant du public et les chantiers en cours. Le lavage des véhicules ne pourra se faire qu'en station professionnelle, et non à son domicile. 

L'arrosage à la bonne heure

L'arrosage des jardins et potagers ne pourra s'effectuer qu'avant 11h ou après 18h. Et cela par arrosage uniquement manuel. La même limitation s'étend à  l'arrosage des pelouses et espaces verts publics ou privés et des terrains de sports, à l'exception des aires accueillant des compétitions de niveau national. 

L'ensemble de ces mesures resteront applicables jusqu’au 31 août 2019, «sauf évolution de la situation météorologique et hydrologique conduisant à renforcer, prolonger ou abroger les mesures prises», indique la Préfecture de Moselle.

Les différents épisodes de canicule avaient déjà eu de fortes conséquences dans le département frontalier, en 2018. Le 24 juin dernier, l'Etat français avait d'ailleurs reconnu 211 communes en état de catastrophe naturelle à la suite des désagréments causés aux sols et aux habitations par les excès de chaleur de l'an passé.