La Meurthe-et-Moselle, au top des départements pour le surendettement

D’après le dernier le bilan de la Banque de France, il y a de quoi se réjouir puisque le surendettement diminue sensiblement en Meurthe-et-Moselle. Mais il a aussi de quoi s’interroger, car en matière de surendettement, le « 54 » est numéro 1 sur tous les plans.

La commission de Meurthe-et-Moselle a traité 2. 069 dossiers, soit une baisse de 17 % par rapport à l’année précédente. Entre 2014 et 2018, leur nombre a chuté de 38 % contre 29 % au niveau national. « La Meurthe-et-Moselle reste le premier département dans le Grand Est en nombre de dépôts », précise le directeur départemental de la Banque de France, Daniel Dupont. « On dénombre 341 situations de surendettement pour 100. 000 habitants contre 290 dans le Grand Est. »

Avec 81,5 M€ d’encours de dettes, la Meurthe-et-Moselle est le département le plus endetté de la région. Il cumule à lui seul 16,1 % de l’ensemble des encours de dettes du Grand Est. Il a toutefois diminué de 22,8M€ en une seule année.

La part de l’endettement immobilier dans l’endettement global s’élève à 31,2M€ ! Si elle a diminué de 10M€ en une année, la Meurthe-et-Moselle occupe la première marche du podium de tout le Grand Est.

Des services sociaux réactifs

Comment expliquer cette performance alors que le département n’est pas plus affecté que les autres par la pauvreté (43 % des ménages sont assujettis à l’impôt sur le revenu et 100. 000 ménages vivent sous le seuil de pauvreté) ? Si ici, les ménages en difficulté ont plus facilement recours à la commission de surendettement qu’ailleurs, c’est parce que les services sociaux portent une attention toute particulière à la question, selon le préfet Éric Freysselinard. « Il se justifie davantage ici où les encours de crédit à la consommation représentent 35 % des dossiers contre 44 % en Alsace. Les chômeurs représentent un tiers des déposants contre un quart au niveau national ». 54 % des débiteurs sont des femmes, souvent isolées.

En savoir plus, ici