La cathédrale de Metz fête ses 800 ans : des festivités pour une année

La cathédrale Saint-Étienne de Metz fête ses 800 ans en 2020 ! Mapping vidéo, visites, expositions, concerts, conférences, ateliers jeune public : plus de 200 événements feront revivre les grands chapitres historiques et artistiques de l’édifice, et valoriseront les richesses patrimoniales de la capitale lorraine.

Le projet d’édification de la cathédrale, telle que nous la connaissons, a débuté en 1220 sous l’impulsion de l’évêque Conrad de Scharfenberg. Celle-ci s’est traduite par l’édition d’une bulle papale le 2 décembre 1220 : le pape Honorius III y autorisait l’évêque de Metz à lever des fonds pendant dix ans pour des travaux nécessitant de “lourdes dépenses”.
Le monument englobe en réalité deux bâtiments : la cathédrale et la collégiale Notre-Dame-la-Ronde, construite vers 1186 et remaniée pour s’insérer à l’ensemble. Les deux tours de la cathédrale marquent la jonction entre ces deux églises. Le portail de la Vierge, entrée actuelle de la cathédrale, était l’un des portails de Notre-Dame-la-Ronde. Conrad de Scharfenberg choisit d’édifier la cathédrale dans le style gothique, alors en pleine expansion en France et en Europe depuis son apparition un siècle plus tôt. La pierre de Jaumont, exploitée à proximité de Metz, fut employée pour l’ensemble du monument et lui donne son éclat doré si caractéristique.

L’imposante cathédrale ne fut achevée que trois siècles plus tard, en 1552, en raison de difficultés financières et politiques qui entraînèrent une interruption du chantier.
La cathédrale de Metz est un édifice exceptionnel et représente un “aboutissement de l’art gothique”, selon l’un de ses nombreux architectes Pierre Perrat. En effet, dans le respect des principes de l’architecture gothique, elle semble s’élever vers le ciel grâce à ses flèches et à ses 41 mètres de hauteur. Elle est ainsi la plus haute cathédrale de France avec celle d’Amiens.

Surnommée la “lanterne du Bon Dieu”, la cathédrale de Metz se caractérise par ses 6500 m² de vitraux environ, ce qui fait d’elle l’un des édifices les plus vitrés du monde chrétien. En France, la cathédrale de Chartres, pourtant réputée pour ses vitraux, n’en compte que 2600 m². La cathédrale Saint-Étienne en comporte de toutes les époques, du XIIIe siècle au XXe siècle. Nous pouvons ainsi y observer des œuvres d’artisans verriers célèbres comme Hermann de Münster (XIVe siècle), qui réalisa la verrière occidentale, Théobald de Lixheim (XVIe siècle) ou encore Valentin Bousch (XVIe siècle), considéré comme le plus grand peintre verrier de la Renaissance lorraine. Après la Seconde Guerre Mondiale, de nombreux vitraux de la cathédrale furent détruits et l’on fit appel à plusieurs artistes peintres de l’époque pour décorer les nouveaux vitraux. Jacques Villon, Marc Chagall ou encore Roger Bissière en font partie et apportent une touche contemporaine à l’édifice.

Voir le programme des festivités de l'anniversaire des 800 ans