Déconfinement très progressif et au ralenti pour la Lorraine

Les départements de Moselle et de Meurthe-et-Moselle ne bénéficieront pas d'une sortie de confinement complète le 11 mai. La région Grand Est restant encore en zone rouge, sous surveillance sanitaire alors que, ce jeudi, le gouvernement français a expliqué les modalités du retour progressif à la normale.

(AFP) - Edouard Philippe a confirmé, jeudi, que le déconfinement de la France commencerait bien lundi 11 mai. Mais de la déclaration du Premier ministre, il faut surtout retenir que ce relâchement des contraintes sociales sera «progressif» et assorti de nombreuses restrictions. Plus particulièrement entre les zones vertes et rouges, déterminées par le gouvernement.

Ainsi, les deux départements de Meurthe-et-Moselle et de Moselle devront subir plus de contraintes que d'autres territoires. La région Grand Est (comme les Hauts-de-France, l'Ile-de-France, et la Bourgogne Franche-Comté) reste sous vigilance. Aussi lundi prochain, par exemple, ces quatre régions ne verront pas leurs parcs se rouvrir aux promeneurs ou les collèges accueillir d'élèves. Cette prudence sanitaire s'expliquant soit en raison d'une circulation encore active du virus, soit en raison de «tension» sur les capacités hospitalières

Après deux mois de verrouillage quasi complet du pays, le Premier ministre a rappelé qu'il n'était pas envisageable de «faire le malin avec le virus». Et d'annoncer qu'un nouveau point d'étape sera effectué le 2 juin, afin de «passer à une nouvelle phase» du déconfinement ou, en cas de «mauvais résultats», «en tirer les conséquences». 

Edouard Philippe et les ministres l'entourant ont multiplié les mises en garde afin d'éviter toute résurgence des contaminations, illustrant ainsi le cheminement du pays «sur une ligne de crête». «Le déconfinement progressif ne doit pas être la marque d'une baisse de notre vigilance», a insisté le chef du gouvernement.

«Il n'y aura pas de confinement obligatoire pour les personnes vulnérables après le 11 mai», a poursuivi Edouard Philippe. Mais il a demandé aux personnes «âgées ou malades de pathologies comme l'obésité, le diabète» ou souffrant «d'insuffisance respiratoire» de «conserver dans toute la mesure du possible des règles de prudence très strictes», comme «celles des deux derniers mois». Et il n'y aura par contre pas de déconfinement dans les Ehpad dans quatre jours, a précisé le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Le point d'attention principal concerne le retour à l'école: un million d'élèves des maternelles et jusqu'au CM2 sont invités à être accueillis en classe dès la semaine prochaine par quelque 130.000 professeurs. Mais nombre de municipalités ont déjà fait savoir qu'elles ne pourraient pas accueillir les écoliers à cette date.

En parallèle, environ 400.000 entreprises vont reprendre leur activité lundi, représentant 875.000 salariés. Les centres commerciaux de plus de 40.000 m² pourront eux aussi rouvrir, sauf en Ile-de-France. Cette reprise de l'activité impliquera des mesures dans les transports: la ministre Elisabeth Borne a confirmé que le port du masque serait obligatoire pour les passagers à partir de 11 ans, sous peine d'une amende de 135€.

De plus, une nouvelle attestation sera par ailleurs nécessaire pour les déplacements à plus de 100 km de son domicile, a indiqué le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. Enfin, les plages et les lacs seront rendus accessibles au cas par cas, sur décision des préfets.